Qui suis-je ?

En voilà une question difficile pour commencer.

 

Il n’est jamais aisé de parler de soi. Rares sont les personnes à l’aise dans cet exercice.

 

Je m’appelle Laure (pas de scoop pour l’instant) et je me suis reconvertie il y a moins d’un an dans le domaine du numérique. Avant de faire cette reconversion à 180° de ma formation initiale, j’ai été militaire dans la Marine Nationale pendant 10 ans. Avant cela, j’ai été secrétaire trilingue dans un grand cabinet d’avocats en région parisienne.

 

J’ai un parcours assez atypique, qui pourrait en dérouter plus d’un, mais je préfère le prendre du côté positif en pensant à toute l’expérience, le savoir-faire et le savoir-être que cela m’a apporté au fil des années. D’un certain point de vue, cela montre aussi que j’ose sortir de ma zone de confort, même si cela ne se fait pas sans un certaine crainte. Je n’oublie pas cependant que pour avancer, il suffit de mettre un pied devant l’autre et que le chemin que j’emprunterai, quel qu’il soit, m’apportera toujours de l’expérience, qu’elle soit négative ou pas.

 

 

Tout est une question de savoir-être

S’il fallait que je me rentre dans des cases, cela me serait impossible. Je n’aime pas les cases. Je les exècre, même, je dirais. Elles ne servent à rien ces cases, si ce n’est nous mettre en opposition avec nos prochains. Cela nous ferme même des portes parfois, ce que je trouve déplorable.

 

Je suis une personne polie, respectueuse, plutôt avenante, j’aime rire et plaisanter, je fais naturellement confiance aux gens quand je les rencontre. Cela ne veut pas dire aveuglément, donc gare à celui où celle qui cherchera à en profiter et à en abuser, je ne me laisse pas marcher sur les pieds. Je suis extrêmement curieuse, de tout et n’importe quoi, d’un sujet comme de son opposé. J’aime apprendre et j’aime partager ce que j’apprends ou ce que je sais.

 

Mes années de secrétariat m’ont enseigné l’art d’accueillir les gens, que ce soit physiquement ou au téléphone, de les renseigner et de les rediriger du mieux possible. J’ai acquis aussi des compétences fiables dans l’utilisation de la langue française, que j’aime manier.

 

Quant à mon expérience militaire, elle m’a appris beaucoup de choses sur moi-même. J’aime avoir un cadre, des directives claires, des délais pour m’organiser au mieux. Je n’ai aucun problème à travailler en équipe tant que la communication est efficace. J’ai vu les ravages que de mauvais échanges peuvent engendrer. J’aime travailler seule aussi, cependant j’apprécie d’avoir une personne vers qui me tourner en cas de blocage ou de problème. Je ne sais pas tout et ne crains pas de le faire savoir, j’estime qu’il n’y a aucune honte à cela.

 

Ma bonne humeur peut cependant cacher des petits “coups de mou”, parce que je doute, parce que je bloque, parce que j’ai l’impression d’être dans une impasse et que je ne vais pas m’en sortir. Cependant, je ne me laisse jamais abattre bien longtemps et même si parfois je donne l’impression d’être au fond du gouffre, je finis toujours par en sortir. Tout d’abord parce que je n’aime pas (du tout) l’échec, ensuite parce qu’il y a toujours une solution, et enfin parce que rester dans l’impasse à se morfondre sur soi-même, ça va bien cinq minutes, juste le temps d’extérioriser ce qui doit l’être (frustration, colère, peine, etc.), ensuite je remets mes crampons, je reprends mes piolets et je continue de gravir mon gouffre, ma falaise, ma montagne, bref, tout ce qui me permettra d’aller de l’avant.

 

Au sein de l’école O’clock, j’ai été mise à rude épreuve. Plus d’une fois je me suis sentie larguée, abandonnée, nulle (il faut le dire), au fond du gouffre. Le soir, je me demandais souvent ce que je faisais là. Mais chaque matin, j’étais présente à l’appel, prête à en découdre avec les difficultés que j’affrontais. Et je peux affirmer que ce sentiment de victoire quand on maîtrise un concept après qu’il nous en ai fait baver, ça vaut toutes les gamelles du monde. J’aurai peut-être toujours les genoux écorchés à force de tomber, mais j’irai loin malgré tout.

Des passions variées…

… mais complémentaires dans un sens, car elles débutent toutes par le même élan de curiosité.

 

Histoire de mettre les choses au clair, au cas où l’illustration ne serait pas explicite, je suis une grande fan inconditionnelle de J.K. Rowling et de l’univers qu’elle a crée et dans lequel évolue Harry Potter et Norbert Dragonneau. A bon entendeur, salut ! Si vous aussi vous êtes un Potterhead, nous devrions bien nous entendre. Mais si vous préférez un autre univers (Star Wars, Le seigneur des Anneaux, Pokemon, etc.) , pas de problème, il y a de quoi alimenter de longs débats extrêmement intéressants par ce biais, ce dont je raffole.

 

J’aime dessiner et raconter des histoires. Je fais cela depuis ma petite enfance. Pour moi, les deux ont tendance à aller de pair. J’aime par dessus tout créer des personnages variés, atypiques, sortant un maximum des clichés parce que je n’aime pas cela (comme les cases). J’ai d’ailleurs des projets personnels concernant ces deux passions, projets qui m’ont en partie poussée à me tourner vers le développement web car je ne trouvais pas ce que je cherchais sur internet. Comme quoi la fin justifie parfois les moyens.

 

Je suis aussi intéressée par le secteur de la low-technologie, j’aime fouiller internet pour découvrir de petites pépites d’inventivité et de création. Faire quelque chose à partir de trois fois rien, de recyclage ou de détournement d’objet est une source de réflexion très enrichissante. J’apprécie le concept de DIY, j’espère prochainement monter chez moi une petite chaîne de recyclage de plastique grâce au mouvement Precious Plastic et intégrer cette communauté.

 

Je ne passe pas mon temps collée à mon ordinateur (même si je passe beaucoup de temps dessus, je dois l’admettre). J’aime marcher et faire de longues randonnées accompagné de mon fidèle Sinistros (Potterhead spotted), qui répond au doux nom de Sirius (re-spotted) et qui, comme son nom ne l’indique pas, est une adorable femelle croisée labrador/border/beauceron, rien que ça. Elle porte ce nom car elle est de couleur noire et que je voulais rendre hommage à Sirius Black, sorcier animagus (pouvant se transformer en animal, en l’occurrence un gros chien noir), parrain de Harry Potter dans la saga du même nom (encore ?!?). Je vous avais prévenu, n’est-ce pas ? Concernant les activités de plein air, j’aime aussi beaucoup nager et j’envisage de me mettre au paddle.